Fard

13 juin, 2020 (18:50) | | Par: francois

(far ; le d ne se lie jamais ; au pluriel, l’s ne se lie pas, et on prononce : les far et les autres cosmétiques ; cependant quelques-uns la lient : les far-z et….), s. m.
1° Composition destinée à embellir le teint, en remédiant aux défauts qu’il a. C’est pour eux [les étrangers] qu’elle étale et l’or et le brocard, Que chez toi se prodigue et le rouge et le fard, BOILEAU Sat. X. Une courtisane qui tire toutes ses grâces du fard, qui n’a qu’une beauté empruntée, et qui sait tout au plus charmer les oreilles par le son d’une voix douce et mélodieuse, ROLLIN, Hist. anc. t. XI, 2e part. p. 773, dans POUGENS. L’air la noircit [la céruse] en assez peu de temps, et les vapeurs du charbon ou les mauvaises odeurs des égouts, des latrines, etc. changent presque subitement le beau blanc de perle en gris obscur, en sorte qu’il est souvent arrivé aux femmes qui se servent de ce fard de devenir tout à coup aussi noires qu’elles voulaient paraître blanches, BUFF. Min. t. V, p. 387, dans POUGENS.

[L’après-midi…] [L’azur] [Le pitre…] [Tristesse…]

En rapport Entrées