Gloser

13 juin, 2020 (19:12) | | Par: francois

(glô-zé), v. a.
1° Commenter par gloses. Les auteurs qui ont glosé la Bible.
2° Fig. Critiquer, censurer. Sans gloser les humeurs de dame Frédégonde, RÉGNIER, Sat. IV. Quoi ! pour un maigre auteur que je glose en passant, BOILEAU Sat. IX.
3° V. n. Donner une glose. Qu’ont fait ces commentateurs et ces glossateurs, surtout ceux qui ont glosé sur les lois, qu’ont-ils fait ordinairement, sinon de charger les marges des livres de leurs imaginations, qui ne font le plus souvent qu’embrouiller le texte ? BOSSUET Exp. doct. cathol. Avert.
Fig. Gloser sur l’Évangile, être madré, fûté. Au temps que le sexe vivait Dans l’ignorance et ne savait Gloser encor sur l’Évangile, Temps à coter fort difficile, LA FONT. Cord.
4° Parler d’une façon désapprobative. Car chacun taille, rogne et glose sur mes vers, RÉGNIER, Sat. XII. Sur notre honneur enfin aucun mortel ne glose, HAUTEROCHE, Bourg. de qualité, II, 6. Glosa sur l’éléphant, dit qu’on pourrait encor Ajouter à sa queue, ôter à ses oreilles, LA FONT. Fabl. I, 7. Et prend droit de gloser sur tous tant que nous sommes, MOL. Tart. I, 2. Oui-da, l’état de veuve est une douce chose, On a plusieurs amants sans que personne en glose, REGNARD, le Bal, sc. 3. Sachez, quoiqu’on en glose, Qu’un travers est, madame, une fort bonne chose, LANOUE, Coquette corr. III, 5. Certain cafard, jadis jésuite, Ose gloser sur ma conduite, VOLT. Poésies mêlées, 63.
[L’Après-midi]

En rapport Entrées