Guignon

13 juin, 2020 (19:15) | | Par: francois

(ghi-gnon), s. m.
Mauvaise chance, principalement au jeu. C’est, malheureuse, toi qui me portes guignon, RÉGNIER, Sat. XI. Mais certes jamais un guignon N’arrive sans son compagnon, SCARRON, Virg. II. Ne croyez point, ma fille, que depuis trois mois vous ayez été en guignon ; je commence par le gain de votre procès…. SÉV. 491. Ce n’est pas sans un extrême chagrin que je vois ce guignon sur vous et sur lui, ID. Lett. 15 nov. 1684. Le coeur me dit que votre guignon [au jeu] ne changera pas, HAMILT. Gramm. 3. Oh ! j’ai toujours eu du guignon dans les rencontres, MARIVAUX, Doubl. inconst. II, 11. Ma foi, c’est jouer de guignon, il en faut convenir, GENLIS, Théât. d’éduc. le Magistrat, II, 1. Vous repartirez sans doute la veille de mon retour ; ce guignon-là, j’espère, ne me durera pas toujours, P. L. COUR. Lett. I, 379.
Guignon guignonnant, sorte de génie malfaisant employé dans les contes d’enfant pour signifier ou expliquer des contrariétés successives.
[Le Guignon]

En rapport Entrées