Pourpre

18 juin, 2020 (08:49) | | Par: francois

(pour-pr’), s. f.
1° Matière colorante d’un rouge foncé et éclatant fournie autrefois par un mollusque gastéropode, le murex brandaris, et remplacée aujourd’hui par la cochenille. Les étoffes teintes en pourpre faisaient une des parties les plus considérables du commerce ancien, surtout de celui de Tyr, dont l’industrie et l’extrême habileté avaient porté cette précieuse teinture au plus haut degré de perfection où elle pût être conduite, ROLLIN, Hist. anc. Oeuv. t. x, p. 547, dans POUGENS. La teinture en pourpre, qui n’a point été, comme on le croit, absolument perdue, ou du moins qui a été retrouvée il y a environ cinquante ans par la Société Royale de l’Angleterre, ID. ib. t. x. p. 553. On y trouva [à Babylone] cinq mille quintaux de pourpre d’Hermione, qui était la plus précieuse, qu’on y avait amassés pendant l’espace de 190 ans, et qui conservait encore toute sa fleur et tout son lustre, ID. ib. t. VI, p. 370. La pourpre illustre davantage cette belle contrée [la Syrie] ; celle de Tyr a été la première du monde ; elle était vendue à Rome, dans le VIIe siècle, mille deniers au moins la livre, PASTORET, Instit. Mém. inscr. et belles-lett. t. V, p. 128.
2° Par extension, couleur rouge. Ses joues animées de la plus belle pourpre mêlée au blanc de lait le plus pur, VOLT. Zadig, 13. Les fruits du figuier des Açores paraissaient d’une pourpre éclatante sur les rameaux ombragés, CHATEAUBR. Génie, I, V, 8.
3° Étoffe teinte en pourpre, en usage chez les anciens. Ce n’est qu’or et que pourpre dans votre armée, VAUGEL. Q. C. III, 2. On y voit de tous côtés le fin lin d’Égypte, et la pourpre tyrienne deux fois teinte d’un éclat merveilleux, FÉN. Tél. III. Une grande voile de pourpre flottait dans l’air au-dessus du char, ID. ib. IV.

En rapport Entrées