Vêpre

18 juin, 2020 (08:56) | | Par: francois

(vê-pr’), s. m.
Terme vieilli et qui ne se dit plus qu’en plaisantant. Le soir, la fin du jour. Je donne le bon vêpre à toute l’honorable compagnie, MOL. Comtesse, 17. Au temps du sacrifice du vêpre, PASC. Pens. XVIII, 22 [note 5], éd. HAVET. Bon vêpre, monsieur, et bonne nuit, BRUEYS, Avoc. Pat. I, 8

(vê-pr’), s. f. pl.
1° Terme de liturgie catholique. Heures de l’office divin, qu’on disait autrefois sur le soir, et qu’on dit maintenant pour l’ordinaire à deux ou trois heures après midi. Dire vêpres. Chanter vêpres en musique. Sonner les vêpres. Il y a beaucoup de gens qui entendent le sermon de la même manière qu’ils entendent vêpres, PASC. Pens. VII, 36, éd. HAVET. On me paraît moins dévot : hier l’on ne voulut pas de vêpres, MAINTENON, Lett. au cardin. de Noailles, 9 sept. 1698. Quelle foule, bon Dieu ! c’est comme chez nous à la sortie de vêpres, PICARD, Provinc. à Paris, II, 1.
Il ne va ni à vêpres ni à messe, se dit d’un homme qui n’est pas bon catholique.

En rapport Entrées