La constellation Mallarmé

Mallarmé, poète de son temps, a lié des amitiés littéraires et artistiques avec ses contemporains, et au-delà des âges. Voici quelques uns de ses « divers amis », présentés ici dans un banal ordre alphabétique, représentants la « constellation Mallarmé« …

  • Théodore Aubanel, écrivain, félibre (1829-1886) Auteur de La Grenade entrouverte, en 1860, Aubanel est un poète lyrique comparable à Musset, il publie son recueil Li filho d’Avignoun, en 1885, dont la sensualité provoqua les foudres de l’archevêque local, et fut l’un des amis félibres de Mallarmé, avec Mistral.
  • Claude Ballif, compositeur (1924-2004) Disciple de Olivier Messian, Ballif compose sur le thème du coup de dés.
  • Théodore de Banville, écrivain (1823-1891) Mallarmé écrit : «Mon poète, c’est le divin Théodore de Banville, qui n’est pas un homme mais la voix même de la lyre.»
  • Charles Baudelaire, écrivain (1821-1867) Le «maître» de Mallarmé.
  • William Beckford, écrivain (1760-1844)
  • Paul Bénichou, critique et historien de la littérature (1908-2001). Il publie Selon Mallarmé en 1995.
  • Yves Bonnefoy, écrivain (né en 1923) Auteur, entre autre, Du mouvement et de l’immobilité de Douve, en 1953 et de Début et fin de la neige en 1991, il est le poète majeur du XXème siècle.
  • Mary Cassatt, peintre (1844-1926) Rencontre Mallarmé chez  Berthe Morisot, en compagnie de Degas.
  • Henri Cazalis, médecin et poète (1840-1909) Il entretient un correspondance avec Mallarmé de 1862 à 1871, poète sous le nom de Jean Lahor.
  • Rosa Chacel, écrivain (1898-1994) Romancière espagnole, elle publie Mémoires de Leticia Valle en 1945.Elle traduit les oeuvres de Stéphane Mallarmé en espagnol.
  • Emmanuel Chabrier, musicien (1841-1894) compose sur le Feuillet d’Album
  • Emil Cioran, écrivain (1911-1995) Le philosophe «désespéré» Cioran traduit Mallarmé en roumain.
  • Paul Claudel, dramaturge (1868-1955) Le dramaturge Claudel fréquente les mardis de Mallarmé avant sa conversion au mysticisme.
  • François Coppée, écrivain (1842-1908) Oublié aujourd’hui, Coppée fut un des poètes les plus populaire du XIXème siècle finissant, à défaut d’en être le meilleur!
  • Charles Cros, écrivain, inventeur (1842-1888) Auteur du Collier de griffes et du Coffret de Santal, Charles Cros est avant tout un savant et invente le phonographe avant Edison, qui, lui, réussira l’application pratique. Ami de Verlaine et de Rimbaud, Cros figure naturellement dans la «constellation Mallarmé».
  • Claude Debussy, musicien (1862-1918)
  • Edmond Deman, éditeur
  • Marcelin Desbordes-Valmore, poéte, comédienne (1786-1859)
  • Léon Dierx, écrivain (1838-1912) Devenu «Prince des Poètes» à la mort de Mallarmé, Léon Dierx est l’auteur du poème «Le Vieux Solitaire», qui inspira peut-être «Le Bateau Ivre» de Rimbaud.
  • Félix Fénéon, anarchiste et critique d’art, découvreur de talents, il fonde la Revue indépendante en 1884, puis collabore à de nombreuses revues symbolistes.
  • Paul Fort, écrivain (1872-1960) Autre ami poète de Mallarmé, à l’inspiration et au langage à l’opposé du maître, dont l’abondance de l’oeuvre a peut-être nuit à sa notoriété.
  • Anatole France, écrivain (1844-1924) En compagnie de Banville et de Coppée, il fait écarter le faune de Mallarmé du troisième numéro du Parnasse contemporain ; «On se moquerait de nous».
  • Paul Gauguin, peintre, écrivain (1848-1903)
  • Le fameux peintre est aussi écrivain, Noa-Noa (1894), il rencontre épisodiquement Mallarmé avant de partir en 1891 pour la polynésie.
  • Théophile Gautier, écrivain (1811-1872) Pour le «Maître» de Baudelaire, Mallarmé ne pouvait manquer de composer son Tombeau.
  • René Ghil, écrivain (1832-1925) Symboliste des plus purs, Ghil peut être considéré comme un successeur de Mallarmé. L’un des premier « mardistes ».
  • André Gide, écrivain (1869-1951) Condisciple de Pierre Louys, Gide rencontre Verlaine et Mallarmé, il devient un invité des mardis, avec Paul Valéry, et devient un des correspondants de Mallarmé.
  • Remy de Gourmont, écrivain (1858-1915) Fondateur du Mercure de France, cet épicurien consacre une étude sur Stéphane Mallarmé et l’idée de dédadence
  • José-Maria de Heredia, écrivain (1803-1839) L’auteur  Des Trophées
  • Joris-Karl Huysmans, écrivain (1848-1907)
  • Alfred Jarry, dramaturge (1873-1907)
  • Gustave Kahn, écrivain (1859-1936) Il serait l’inventeur du ver libre, il correspond avec Mallarmé dès 1880. L’un des premiers « mardistes ».
  • Jacques Lacan, psychanalyste (1901-1981)
  • Pierre Louys, écrivain (1870-1925) L’auteur des Chansons de Bilitis, d’ Aphrodite, de La Femme et le Pantin semble aujourd’hui connaître une nouvelle gloire. Il figure, avec Valéry, au centre de la « constellation Mallarmé » dès 1890.
  • Maurice Maeterlinck, écrivain (1862-1949)
  • Edouard Manet, peintre (1832-1883)
  • Henri Matisse, peintre (1869-1954) Il illustre les poèmes en 1932.
  • Camille Mauclair, essayiste (1872-1945)
  • Albert Mockel, écrivain (1866-1954)
  • Henri Mondor, médecin et écrivain (1885-1962)
  • Jean Moréas, poète (1856-1910)
  • Berthe Morisot, peintre, sculpteur (1841-1895)
  • Gustave Kahn, écrivain (1859-1936)
  • Catulle Mendès, écrivain (1841-1909)
  • Octave Mirbeau, écrivain (1848-1917)
  • Frédéric Mistral, écrivain, félibre (1830-1914)
  • Henri Mondor, écrivain, médecin (1885-1962)
  • Charles Morice, poète
  • L’un des premiers « mardistes ».
  • Claude Monet, peintre (1840-1926)
  • Jean Moréas, écrivain (1856-1910)
  • Gustave Moreau, peintre (1826-1898)
  • Berthe Morisot, peintre (1841-1895)
  • Edvard Munch, peintre (1863-1944) Ce peintre norvégien, auteur du Cri, réalise un portrait de Mallarmé d’après photo en 1897, et lui fait parvenir, n’ayant pu le rencontrer en personne.
  • Nadar, photographe (1820-1910)
  • Edgar Poe, écrivain (1809-1849)
  • Maurice Ravel, compositeur (1875-1937) Il compose sur trois poèmes de Mallarmé.
  • Odilon Redon, peintre (1840-1916)
  • Henri Regnault, peintre
  • Henri de Régnier, écrivain (1864-1936)
  • Auguste Renoir, peintre (1841-1919)
  • Arthur Rimbaud, écrivain (1854-1891)
  • Georges Rodenbach, poète (1855-1898) L’un des premiers « mardistes ».
  • Saint-Pol Roux, poète (1861-1940) L’un des premiers « mardistes ».
  • Jean-Paul Sartre, écrivain (1905-1980) Auteur de « Mallarmé, la lucidité et sa face d’ombre »
  • Marcel Schwob, écrivain (1867-1905) L’auteur des Vies imaginaires fréquenta le salon de Mallarmé.
  • Laurent Tailhade, écrivain (1854-1919)
  • Paul Valéry, écrivain (1871-1945) L’auteur du merveilleux « Cimetière marin » à la prodigieuse intelligence est sans doute l’étoile la plus brillante de la « constellation Mallarmé ».
  • Émile Verhaeren, écrivain (1855-1916)
  • Paul Verlaine, écrivain (1844-1896)
  • Auguste Villiers de l’Isle-Adam, écrivain (1838-1889)
  • James Whistler, peintre (1834-1903)
  • Emile Zola, écrivain (1840-1902)

La liste est loin d’être complète…