Sur Tolstoï

par Stéphane Mallarmé (première parution : 22 juin 1896)

 

Les appréciations de Tolstoï, relativement à l’écriture présente, Monsieur [1], me semblent celles-là même qu’il faut accepter de lui, génie ample et simple, direct dans l’expression de l’idée ; ce n’est pas fortuitement que le grand écrivain a, m’informe-t-on, appris le Français dans Stendhal. L’étranger doit connaître notre langue par ses grands traits typiques extérieurs, chez les classiques et leur descendance ; mais, voyez-vous que nous nous occupions à renforcer ce langage absolu, au lieu de faire à nos risques et périls des expériences individuelles, en tentant, s’il est possible, de les authentifier ?

Léon Tolstoï

Note :

  • [1] Mallarmé répond à un journaliste du Gaulois qui lui demandait de réagir à une entrevue avec Léon Tolstoï, où le nom de Mallarmé avait été citée.